Gabon : la Confédération Patronale Gabonaise (CPG), cet acteur énigmatique au service de la promotion des entreprises

0
111
Alain Bâ Oumar, Président de la Confédération Patronale Gabonaise, D.R/YIRA Webzine 2020

Créée en 1959 sous l’appellation d’Union Interprofessionnelle du Gabon (UNIGABON), l’actuelle Confédération Patronale Gabonaise (CPG) est aujourd’hui un « acteur incontournable de l’économie gabonaise ». Bien qu’elle semble méconnue du grand public, la CPG multiplie ses objectifs ; elle se veut être une « force de négociation » pour les partenaires sociaux et « un acteur clé » des réformes des secteurs privés et économiques.

La CPG tend à promouvoir les entreprises, elle  offre un encadrement et des services à ses membres afin d’accroître la productivité d’ensemble. Aussi, en plus de défendre les intérêts de ses adhérents, la CDG participe activement à toutes les négociations qu’il pourrait avoir entre les pouvoirs publics et les travailleurs.

Adhérer au patronat gabonais ? C’est possible ! A l’instar BGFI Bank GABON et de la CNSS, plusieurs grandes entreprises composent déjà le cercle très ouvert des membres de la CPG. C’est de leurs cotisations qu’elle tire les ressources nécessaires pour assurer son fonctionnement. Le montant de la cotisation dépend du chiffre d’affaire réalisé et est perçu par année. Ainsi, pour un chiffre d’affaire compris entre 0 et 1 milliard de FCFA, l’entreprise devra cotiser 500.000 FCFA.

En outre, la CPG prend sa part dans « l’assainissement » de l’économie gabonaise. Elle s’engage à « porter l’entrepreneuriat des jeunes » par l’accroissement de la dynamique entrepreneuriale. C’est dans ce sens que son président, Alain Bâ Oumar a créé la « Fondation CPG pour l’entrepreneuriat » le 22 février 2019.

Exemplaire et au service de tous, la CPG défend plusieurs missions sur le plan économique. Elle vise le développement des entreprises locales, assure et veille à garantir la compétitivité et la croissance du tissu économique,

Au demeurant, la CPG s’est engagée à donner son avis sur toute question à caractère économique et social.  C’est ainsi qu’elle exposait ses craintes quant à l’effet que pourrait avoir les mesures visées par le projet de loi de finances rectificative 2019, sur les entreprises.

Avec la plus grande implication, la CPG défend l’intérêt de ses entreprises adhérentes ; qui cultivent la « solidarité et le partage ». Adhérer au patronat gabonais est une opportunité à saisir.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici