Horphé GUEMBHYT, Community Manager de l’African University of Management (AUM)

0
192

Franchesky Horphé GUEMBHYT est un jeune gabonais de 31 ans, Communicateur et Community Manager de l’université africaine de management. Dans cette tribune, il nous livre les secrets de son métier dans une interview riche en connaissance.

(YIRA Webzine) D’emblée qu’est-ce qu’un Community Manager ?

Franchesky Horphé GUEMBHYT : Un community manager ou encore gestionnaire des communautés virtuelles et des réseaux sociaux est un professionnel de la communication qui met en relation la structure pour laquelle il travaille avec un public (communauté). Pour ce faire, il doit avoir une connaissance certaine de la mission, vision, valeur et toute la culture de la structure qu’il représente afin d’être suffisamment outillé pour répondre aux différentes questions de ses communautés.

Comme on peut le constater, il est véritablement polyvalent, il est très habile car il doit pouvoir maitriser le cœur de métier de la structure pour laquelle il travaille. Et surtout, il travaille en collaboration avec tous les services de l’entreprise.

In fine, il est le contact privilégié entre une structure et ses publics.

(YIRA Webzine) Avez-vous fait des études pour devenir Community Manager ?

FHG : J’ai fait des études en Stratégie et Communication Organisationnelle à l’African University of

Management. En année de master 2, en 2017, j’ai intégré l’administration de l’AUM en tant que stagiaire au Service Communication. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à travailler sur les plateformes web de l’université. Il faut souligner que j’étais très passionné par les réseaux sociaux, notamment Facebook, WhatsApp et LinkedIn. Et ma formation en communication m’a permis de très vite m’adapter dans le cadre de la gestion des plateformes web.

Puis, la même année je suis allé en stage de perfectionnement chez les partenaires de l’AUM à Cotonou et à Abidjan où j’ai également commencé à utiliser Photoshop pour les photos et Première Pro pour les vidéos. Dans le même élan, j’ai suivi plusieurs formations en ligne dont une certifié Google sur le marketing numérique. Avec la magie du web, tout est possible. Je reste très connecté pour apprendre davantage et développer mon modèle de gestion des plateformes web.

(YIRA Webzine) Pourquoi devrait-on avoir besoin d’un Community Manager ? Où a-t-on besoin de lui et quelle est son importance ?

FHG : La population web est de plus en plus importante en termes de chiffres, exemple au Gabon c’est plus d’un million d’internautes. Il serait dommage qu’une structure ne se mette pas sur le web.

Comme on le sait, lorsqu’on nous parle d’une structure, le reflexe premier est d’aller vérifier sa présence sur le web pour voir davantage les informations. Il est de ce fait mieux de confier la gestion de ses plateformes à un professionnel pour une meilleure dynamique. Il a une connaissance parfaite des outils et astuces pour davantage engager les communautés, les transformer en consommateurs et en prescripteur.

(YIRA Webzine) En tant que chargé de la Communication et Community Manager de l’AUM, quel bilan faites-vous de votre travail au sein de cette grande université ?

FHG : Un bilan véritablement positif. Je suis très proche de mes communautés dont il y a des étudiants que je vois tous les jours, c’est vraiment génial les interactions que nous avons. Je suis surtout heureux de participer à l’orientation des apprenants depuis le lycée. Je connais la majorité des étudiants avant leurs inscriptions. J’ai un avantage, étant en charge de la communication à l’AUM, donc c’est mon équipe et moi qui mettons en place la stratégie globale de communication de l’université. Cela facilite mon travail en tant que community manager.

(YIRA Webzine) Le Community Management a-t-il un bel avenir au Gabon ?

FHG : Je pense sincèrement que ce métier a un bel avenir au Gabon. Les organisations comprennent de plus en plus l’importance d’être présent sur le web. Il reste qu’ils comprennent l’importance de dédier ce travail à un community manager.

(YIRA Webzine) Votre mot de finFHG : Je vous remercie une fois de plus de m’avoir invité. Et je lance un message à l’endroit des organisations, quelles que soient leurs tailles de se mettre sur le web. Il ne s’agit pas juste d’avoir une page Facebook, un site web sans l’actualiser. Il est important de confier ce travail à un community manager pour optimiser la visibilité et fidéliser les communautés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici